Close
Les 4 plus grandes difficultés pour apprendre à sourcer

Les 4 plus grandes difficultés pour apprendre à sourcer

Je n’ai pas compté précisément mais j’ai dû former un peu plus de 250 recruteurs à la pratique du sourcing. Et, ce qui est marrant, c’est qu’à chaque fois j’observe exactement les mêmes difficulés à l’apprentissage du sourcing. La bonne nouvelle c’est qu’il s’agit de choses que l’on peut changer assez vite (les trois premières en tout cas) à condition d’investir une dizaine de minutes pour s’y pencher. Et les résultats d’amélioration à la clé peuvent être drastiques. Voici donc les 4 obstacles à surmonter pour changer la donne.

1) Apprendre à trouver les emails des candidats

Il y a deux types de sourceurs : ceux qui savent trouver des emails en moins de 30 secondes et ceux qui ne savent pas. Et ce n’est pas une petite différence : ceux qui savent ont un avantage comparatif énorme sur ceux qui ne savent pas et procèdent par tâtonnement (ou ne procèdent pas).

À une époque (2013) j’essayais de partager avec tout le monde ma méthode pour trouver les emails. La fameuse requête Google « email * * nomdelentreprise.com ». Mais cette requête barbare en rebutait beaucoup. La bonne nouvelle c’est que grâce à l’arrivée d’Email Hunter, il n’y a désormais plus aucune raison.

EmailHunterHomePage

Sur Email Hunter, vous entrez le nom de domaine. Par exemple, linkhumans.fr, puis il vous donne la logique des emails. Vous pouvez donc sans souci deviner le mail que vous chercher.

Mieux encore, l’extension Email Hunter vous permet d’aller sur le profil LinkedIn d’un candidat et d’avoir son email directement en un clic. Imbattable.

2) Écrire un message d’approche comme un humain

Malheureusement, des années de formatage nous ont habitué à écrire nos messages d’approches en langue de bois.

LaLangueDeBois

L’habitude du recrutement par annonce sans doute. Mais si vous approchez quelqu’un activement, vous ne pouvez pas vous permettre de lui envoyer un message d’approche qui aurait pu être écrit par un robot et envoyé à n’importe qui. Puisque la personne ne vous a pas sollicité.

C’est pour ça que personne ne répond à vos messages d’approche sur LinkedIn (et par personne je veux dire un taux de retour inférieur à 10%).

Si c’est votre cas, je vous propose de lire cet article qui est une bonne introduction à la science du message d’approche.
ArticleMessageApproche

3) Ne jamais avoir cliqué sur la recherche avancée de LinkedIn

Si vous n’avez jamais cliqué sur le mot « avancée », à droite de la barre de recherche de LinkedIn, vous n’avez jamais fait de vrai sourcing sur LinkedIn. Mais, comme ce bouton est très discret, vous êtes encore nombreux à ne pas l’avoir remarqué.

RechercheAvanceeLinkedIn

 

Jetez-y un oeil à tout prix si ce n’est pas déjà fait… Je crois qu’on ne vous a pas encore fait de tutoriel complet sur la recherche avancée au sein de ce blog. En attendant vous en trouverez un dans cet article que j’ai écrit pour les candidats  : http://dessinetoiunemploi.com/comment-trouver-le-nom-du-recruteur-dune-entreprise-donnee/

4) Ne pas maîtriser l’outil informatique

Malheureusement, c’est le seul point où je n’ai pas de solution simple à apporter. Mais il est clair qu’il y a une différence entre les sourceurs qui peuvent écrire 200 mots à la minute et ceux qui peuvent en écrire moins de 50 à la minute.

Je vous invite à apprendre les raccourcis informatiques les plus utiles pour le recruteur et notamment l’ouverture d’un nouvel onglet.

LesRaccourcisDuRecruteur

Il y a, là aussi, une différence entre les sourceurs qui peuvent ouvrir des nouveaux onglets à la chaîne et ceux qui doivent faire un clic droit puis un clic gauche. Ou, pire encore, ceux qui n’utilisent pas d’onglets et font donc des allers-retours entre leurs requêtes et les profils, avec le risque de perdre sa requête.

5) Ne pas prendre le temps de se former

C’est un point bonus mais qui est le préalable de tout ça. La vraie question c’est : est-ce que je prends le temps de me former ? Aujourd’hui vous avez toutes les ressources nécessaires. Un sourceur qui commence maintenant a beaucoup plus de ressources à sa disposition que quand moi j’ai commencé et où les seules ressources étaient en anglais.

Vous pouvez donc vous auto-former en lisant des articles, notamment sur ce blog. Pour vous outiller rapidement vous pouvez également vous inscrire au programme gratuit « un outil de sourcing par jour« , si ce n’est pas déjà fait. Enfin, si vous avez besoin d’aller plus en profondeur et d’avoir plus d’accompagnement, vous pouvez aussi jeter un oeil à #TruAcademy qui a été créé dans ce but unique.

TruAcademy

Conclusion

Si vous deviez vraiment apprendre le sourcing en accéléré, je vous conseillerais de commencer par ces 4 points. Avec dix minutes d’apprentissage théorique, et un peu de pratique on peut vraiment changer sa donne. C’est une bonne manière de faire un pas vers ce que Laurent vous proposait avant-hier : faire un recruteur heureux pour avoir des candidats heureux.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *