Close
La technique simple pour savoir qui accepter sur LinkedIn

La technique simple pour savoir qui accepter sur LinkedIn

Qui dois-je accepter sur LinkedIn ?

C’est une des questions qui me revient le plus systématiquement. Et c’est normal puisque LinkedIn est livré sans tutoriel et que c’est un espace qui obéit à une vraie netiquette qui lui est propre.

La règle de la carte de visite

On peut être tenté de dire « je n’accepte que les gens que je connais déjà». Pourtant, si Bill Clinton ou Bill Gates vous envoyait une demande de mise en relation il est probable que vous acceptiez. Ce n’est donc pas le bon critère. D’ailleurs j’ai connu Laurent sur LinkedIn AVANT de le rencontrer physiquement.

Qui-accepter-sur-linkedin-bill-clinton

Le vrai critère est celui de l’intérêt potentiel. Ce que je synthétise personnellement par la règle de la carte de visite. À chaque fois je me pose la question suivante :

Aurais-je, oui ou non, accepté et conservé sa carte de visite ?

Qui-accepter-sur-linkedin-carte-de-visite

Si (et seulement si) la réponse est oui, j’accepte la mise en relation.

Les catégories de relations quand on est recruteur

Pour un recruteur, il y a plusieurs catégories de personnes qui composeront le réseau. Premièrement les proches (amis, famille, etc.) du premier cercle. Ensuite les collègues et surtout les opérationnels. Pourquoi ? Parce que les réseaux ont une forte tendance à la consanguinité : les ingénieurs connaissent des ingénieurs, les recruteurs connaissent des recruteurs, les commerciaux connaissent des commerciaux, etc.

Qui-accepter-sur-linkedin-jumeaux-sur-lit

En ajoutant ceux de vos collègues qui exercent les métiers des candidats que vous ciblez habituellement, vous donnez une diversité à la composition de votre réseau qui vous donnera plus d’efficacité lors de vos recherches (pour comprendre pourquoi c’est par ici).

Enfin, le dilemme le plus délicat à gérer est celui des candidats. Qui dois-je accepter parmi les candidats ? La réponse va fortement dépendre de votre agressivité commerciale. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. A minima, je vous recommande d’ajouter les candidats qualifiés. C’est-à-dire ceux avec qui vous avez eu un entretien et que vous aimeriez garder dans votre vivier pour un poste éventuel dans le futur.

Combien de relations ?

On comprend tous intuitivement que la qualité du réseau est primordiale. Ce qui est moins intuitif c’est que la quantité l’est tout autant. Rappelez-vous, si votre réseau est trop petit vous rencontrerez des difficultés dans vos reqûetes de sourcig (comme nous l’avions vu ici).

Expérimentalement, il semblerait que 150 relations soit le minimum pour commencer à pouvoir utiliser confortablement l’outil.

J’en profite au passage pour démonter le mythe des 500 relations et plus. À une époque, certaines personnes conseillaient de ne jamais atteindre ce chiffre car cela dégagerait prétendument une mauvaise image. Je n’ai jamais trop compris cet argument mais je constate avec soulagement que quasiment plus personne ne le répète. Dans un réseau professionnel c’est un chiffre qui s’atteint extrêmement rapidement.

Bon sourcing !

 

 

Vous voulez suivre la meilleure formation sur le recrutement et le sourcing ? Vous voulez trouver les bons candidats ?

Découvrez #TruAcademy et devenez certifié !

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *